· 

LES ACTIVISTES DE L’ENVIRONNEMENT DISENT NON A L’EXPLOITATION DU PETROLE DANS LES PARCS NATIONAUX DE VIRUNGA ET SALONGA

Les Jeunes activistes de la société civile Environnementale ont saisi les instances décisionnelles à travers une lettre ouverte adressée à la présidence de l’Assemblée Nationale pour exprimer leur mécontentement face au projet d’exploitation pétrolière dans les parcs nationaux de Virunga et de la Salonga. Ceci conformément aux prescrits de l’article 27 de la Constitution de la République Démocratique du Congo qui stipule : « Tout Congolais a le droit d’adresser individuellement ou collectivement une pétition à l’autorité publique qui y répond dans les trois mois. Nul ne peut faire l’objet d’incrimination sous quelque forme que ce soit pour avoir pris pareille initiative » A cette occasion.

 

C’est dans ce cadre que   le Centre de Technologies Innovatrices et Développement Durable (CTIDD) en coalition avec les Organisations de la Société Civile Environnementale, a pris l’initiative d’organiser une marche pacifique ce Samedi 10 Août 2019 à partir de 08 heures précises. Cette marche exprime la protestation contre cette action, dans le but de défendre l’intérêt commun qui est la gestion durable des écosystèmes forestiers et la conservation de la biodiversité que regorge la RDC. Les manifestants iront du rond-point Kintambo qui est le point de rencontre en passant par l’Avenue kasa-vubu pour  enfin chuter au Palais du Peuple. Le thème retenu pour cette manifestation est « Non à toute initiative visant à désaffecter ou déclasser les Parcs Nationaux des VIRUNGA et SALONGA ou une de leurs parties pour exploiter le Pétrole au préjudice de l’Humanité et des Communautés locales en République démocratique du Congo ».

 

 

Mr. Jacques ISONGO, Chargé de Planification  au CTIDD estime que  cette activité est d’une grande importance car elle réveille le pouvoir étatique dans ses attributions afin de garantir la protection des Parcs nationaux qui constituent un patrimoine tant national qu’international inscrit dans le patrimoine mondial de l’Unesco.  L’Etat congolais se doit de veiller à la prise en compte des enjeux climatiques, des défis du développement Durable, du bien être des communautés Locales et Peuples Autochtones afin de ne pas  zapper les efforts et les engagements qui qualifient la RDC comme deuxième Puissance écologique mondial.

 

 

                                                                                                 Gloria IYOSSO